Exclusivement destiné aux plus de 18 ans.
Répondue
Bonjour Docteur, J’ai 68 ans et je viens vers vous parce que je souffre depuis ma petite enfance d’une très grande ANXlETÉ due à des problèmes familiaux très difficiles. Mon père était malade alcoolique et j’ai perdu ma mère qui en a beaucoup souffert durant de nombreuses années, elle a tenu pour nous élever et à la ménopause à 49 ans, elle s’est suicidée, elle a été malade d’une dépression durant six mois à peine, j’étais l’aînée de trois enfants et elle se confiait beaucoup à moi, trop sans doute pour une petite fille qui a vécu dans l’angoisse de perdre sa maman depuis ses six, sept ans. Dans ma vie d’adulte, j’ai connu beaucoup de difficultés (problèmes de santé avec les enfants) et en 2002, un licenciement abusif après une année d’harcèlement moral pour essayer de me faire démissionner, je me suis battue mais j’y ai laissé ma santé, j’ai fait ma première dépression en 2005, la justice a mis 5 ans a réglé ce licenciement. Puis, dans les années qui ont suivi beaucoup de soucis familiaux qui m’ont fait retomber en dépression. Pour la psychiâtre qui me suit, elle me dit que ce sont des dépressions réactionnelles dues aux grosses difficultés psychologiques que je vis et qui ne font qu’aggraver mon anxiété et mon hypersensibilité. C’est en 2012, après une année particulièrement éprouvante où je n’arrêtais pas d’avoir des poussées d’herpès aux lèvres, au nez et sur les joues, plus des céphalées de tension et une grosse fatigue qu’au mois d’août j’ai eu un dérèglement intestinal (diarhée, alors que j’étais d’une nature constipée de tout temps, puis infection urinaire et DOULEURS anorectales et pelviennes avec vessie et intestin irritable qui n’ont plus disparues depuis cette date. Je ne peux pas rester assise, cela me fait vraiment mal, je dois porter des vêtements qui surtout ne me serrent pas sur le ventre, je ne peux plus porter de pantalons normaux, je dois porter soit des pantalons genre jogging, soit des robes. Je dois couper les élastiques des sous-vêtements et des collants, la ceinture de sécurité ventrale me fait mal aussi quand je conduis en plus de la position assise. J’ai aussi la vessie irritable et l’intestin également plus depuis l’année dernière, un estomac plus sensible. Je dirai que je suis devenue hypersensible à toute pression psychique et physique. Mon mari, qui lui perd la vue, ne peut plus conduire depuis 5années, je suis très inquiète aussi pour lui, il a été la chance de ma vie comme je le dis souvent et mon pilier, et maintenant j’angoisse pour l’avenir. Je n’arrive pas non plus à prendre du recul avec mes enfants et petits enfants, je prends tout à coeur et mon anxiété ne fait que croître. J’ai en sept années errer d’un médecin à un autre, d’un hôpital à un autre, j’ai été aussi dans un centre anti-douleur où fautes de moyens et de coordination, il n’y avait pas de suivi régulier du dossier, cela ne faisait que me décourager de plus en plus. La prescription de mèdicaments anti- douleurs classiques n’agissaient pas du tout, ensuite j’ai eu divers médicaments sensés diminuer la douleur mais les effets secondaires (constipation entre autres qui ne faisait qu’aggraver mes douleurs les plus insupportables, les douleurs ano-rectales)et leur inefficacité ont fait que je me suis découragée et que j’ai arrêté d’aller dans ce centre anti-douleur. J’ai subi beaucoup d’examens qui n’ont pas pu résoudre mon problème. J’ai été diagnostiquée FIBROMYALGIQUE par trois médecins mais comme il n’y a pour l’instant pas de médicament spécifique et vraiment efficace pour cette maladie, je ne sais plus comment faire pour avoir le courage de continuer à « vivre » mais pour moi, la vie que j’ai depuis sept années ne s’appelle plus «vie », tous les matins quand je me réveille, je me dis que vais-je faire de cette journée, moi qui était très active auparavant, maintenant, je me replie sur moi, je n’ai plus de vie sociale, je n’ai même plus la force d’accueillir mes petits-enfants qui sont les rayons de soleil quand on vieillit, je suis trop épuisée par mes douleurs. C’est pourquoi, je viens vous demander votre aide et vos conseils... je vous indique le traitement que j’ai actuellement : seropram  20 mg (citalopram) 1comprimé par jour anti-dépresseur et ¼ le matin et ¼ le soir de lexomil (bromazepan 1 cachet entier contient 6 mg de bromazepan). Ceci est important pour que vous puissiez me dire comment je dois procéder pour commencer à prendre le cannabis thérapeutique, à quelle dose, et quelle molécule qui agirait sur les douleurs décrites, sur l’anxiété et qui améliorerait mon SOMMEIL qui n’est plus réparateur (je m’endors assez facilement mais j’ai des réveils nocturnes où mon anxiété et la douleur lors du dernier réveil vers les 5 ou 6 heures le matin ne font que s’accentuer. J’étais une bonne dormeuse jusqu’en 2012. Depuis le mois d’août dernier, je fais aussi des crises hémorroïdaires dont une avec trombose. Le fait de passer la plus grande partie de mon temps debout ne doit pas arranger ma circulation sanguine. J’ai subi deux IRM, une en 2012 et la dernière en novembre 2018, les deux révélaient une congestion pelvienne importante avec varices pelviennes. Cela pourrait peut-être expliquer en partie les douleurs que j’ai depuis 2012 ? Voilà pourquoi, je pense qu’il est important que vous sachiez que je souffre d’HEMORROIDES internes et externes et de VARICES PELVIENNES, pour qu’il n’y ait pas de contre-indications avec le traitement de CBD et ou de THC si nécessaire qui pourraient aggraver la circulation sanguine. Retour veineux surtout. Une dernière chose, j’ai les muscles hypertendus, même le cuir chevelu d’après ma coiffeuse est très tendu, j’ai donc des CONTRACTURES MUSCULAIRES importantes et des douleurs MYOFASCIALES J’ai une dernière question, si jamais je devais me faire hospitaliser pour n’importe quel problëme de santé grave, dois- je informer le personnel médical de l’hôpital que je prends du cannabis therapeuthique pour me soigner? Est-ce que je prends un risque si je ne le dis pas ? Merci beaucoup pour votre attention et vos conseils.
posée dans Sclérose en plaques

1 Réponse

Bonjour, Les patients atteints de fibromyalgie présentent généralement une symptomatologie, une douleur, une insomnie, un manque d'appétit, un trouble dépressif anxieux. Cette symptomatologie peut être traitée avec des cannabinoïdes, et nous pouvons agir sur les différents symptômes avec 2 cannabinoïdes principalement, THC et CBD. La CBD nous donne un effet anxiolytique et antidépresseur, antioxydant, et son effet anti-inflammatoire est très utile dans cette maladie, dans laquelle nous trouvons de multiples foyers inflammatoires au niveau du muscle squelettique. Son effet analgésique est renforcé par l'utilisation de THC dans des proportions différentes, toujours en supposant qu'il n'y a pas d'effet psychoactif qui peut limiter l'activité du patient. En outre, THC fournira un effet relaxant l, qui renforcera l'effet de la CDB, pour lutter contre l'insomnie. Mais nous pouvons utiliser les cannabinoïdes et les opiacés ensemble, il est une question de dosage correct pour éviter les interactions. Si l’on utilise que du CBD, l’effet analgésique n’est pas aussi puissant, mais il peut parfois s'avérer suffisant, selon l’intensité de la douleur. Le CBD apporte un effet anti-inflammatoire qui sera utile également. L’utilisation de CBD et THC est donc conseillée pour traiter la douleur, dans une proportion ou ratio de 1/1 tant que le patient le tolère bien. Cependant le patient ne tolère pas toujours bien ce ratio, et il est alors nécessaire de commencer avec des doses plus grandes de CBD que de THC. Il est possible de commencer le traitement avec uniquement du huile et capsules de CBD (60 mg par jour, divisé en 3 prises), et d'étudier ensuite la nécessité d’y associer le THC pour le contrôle de la douleur. Le dosage doit être calculé en fonction du poids du patient, et il faudra toujours exclure d’éventuelles contre-indications, ainsi que les interactions possibles avec les médicaments déjà prescrits. Nous conseillons donc l'utilisation de THC et CBD dans différentes proportions pour traiter les patients atteints de fibromyalgie. Le problème est l'accès aux produits contenant du THC, qui sont illégaux en France lorsqu'ils contiennent plus de 0,2% de THC. En Espagne, nous sommes dans la même situation, mais dans les associations de cannabis, vous pouvez accéder au THC de manière légale, en étant un membre actif et en respectant les exigences légales. Les produits contenant du CBD contenant moins de 0,2% de THC sont légaux. Nous recommandons toujours d'informer notre médecin du traitement du Cannabis thérapeutique. Cordialement, Dr Garcia de Palau
Alchimia Solidària vous présente son service de consultations au sujet du cannabis médical, un espace du blog créé afin d’aider les patients à résoudre n’importe quel doute sur les nombreuses applications et indications médicinales du cannabis ou de ses principes actifs (CBD, THC..), en association avec le Dr. García de Palau. Dr. García de Palau
Alchimia CBD Shop